United States  

Celebrating 10 Years of Trusted News Discovery
One News Page
> >

Options de traitement et de fibrillation auriculaire - Institut de Cardiologie de Montréal

Video Credit: HealthChoicesFirst - Duration: 04:45s - Published < > Embed
Options de traitement et de fibrillation auriculaire - Institut de Cardiologie de Montréal

Options de traitement et de fibrillation auriculaire - Institut de Cardiologie de Montréal

Le Dr. Laurent Macle, MD, FRCP, Cardiologue-Électrophysiologiste, discute des options de traitement et de fibrillation auriculaire.

0
shares
ShareTweetSavePostSend
 

Options de traitement et de fibrillation auriculaire - Institut de Cardiologie de Montréal

Dr. Laurent Macle, MD, FRCP, cardiologue-électrophysiologiste - Institut de Cardiologie de Montréal Durée: 4:45 La prise en charge du traitement de la fibrillation auriculaire n’inclut pas seulement de déterminer si le patient est à risque d’un accident vasculaire cérébral et d’anti coaguler le patient.

Il faut aussi décider si on emploie une stratégie du contrôle de la fréquence ou du contrôle du rythme.

Ce sont les deux stratégies de traitement qu’on peut employer chez des patients avec fibrillation auriculaire.

La première stratégie est le contrôle de la fréquence.

Lorsqu’on emploie un contrôle de la fréquence, le patient demeure en fibrillation auriculaire et on ralentit la fréquence ventriculaire pour éliminer les symptômes.

Lorsqu’on utilise cette stratégie, nous utilisons des médicaments pour ralentir la fréquence cardiaque et dans des cas assez rares, on peut aller brûler l’électricité normale du cœur et implanter un pacemaker.

C’est assez rare que l’on ait recours à ce genre d’intervention.

Avec les médicaments on peut habituellement contrôler la réponse ventriculaire ou la fréquence cardiaque du patient et le patient devient asymptomatique.

La deuxième stratégie de traitement est une stratégie pour ramener un rythme sinusal, donc un rythme normal soit par une cardioversion électrique, si le patient est en fibrillation auriculaire ou bien éviter les épisodes d’arythmie avec des antiarythmiques pour éviter que le patient ait des épisodes de fibrillation auriculaire.

La décision entre une stratégie de contrôle de la fréquence et une stratégie du contrôle du rythme, dépend des symptômes des patients.

Habituellement, les patients qui sont peu symptomatiques ou non symptomatiques, nous allons favoriser un contrôle de la fréquence et utiliser des médicaments pour ralentir leur fréquence cardiaque.

Par contre, si les patients sont symptomatiques et ont des symptômes lors de leurs épisodes de fibrillation auriculaire, on va favoriser une stratégie du contrôle du rythme, c’est-à-dire que l’on va éviter les épisodes de fibrillation auriculaire et même parfois, procéder à des cardioversions électriques pour ramener le rythme normal.

Dans une stratégie de contrôle du rythme, cela implique parfois une cardioversion électrique pour ramener le rythme normal mais implique surtout l’utilisation d’un médicament antiarythmique pour prévenir les épisodes de fibrillation auriculaire.

Parfois ces médicaments sont mal tolérés ou ne sont pas efficaces et les patients ont des récidives d’arythmie malgré les médicaments ou alors, ils ne tolèrent pas les médicaments antiarythmiques.

Chez ces patients qui demeurent symptomatiques lors de leurs épisodes de fibrillation auriculaire, une technique peut-être utiliser pour traiter la fibrillation auriculaire qui s’appelle l’ablation par cathéter.

La fibrillation auriculaire est une arythmie qui origine de foyers d’arythmie dans les veines pulmonaires.

Dans l’oreillette gauche il y a quatre veines pulmonaires qui peuvent avoir des foyers d’arythmie et déclencher des épisodes de fibrillation auriculaire.

On utilise une technique pour tenter d’éliminer la fibrillation auriculaire qui s’appelle l’ablation par cathéter.

On passe des cathéters au niveau des veines fémorales qui se rendent jusqu’au cœur.

Nous traversons de l’oreillette droite à l’oreillette gauche pour accéder aux veines pulmonaires.

Une fois dans l’oreillette gauche, nous faisons des cautérisations autour des veines pulmonaires.

Avec le froid, c’est la cryoablation ou avec le chaud c’est la radiofréquence.

Dans les deux stratégies de technique, l’idée est d’isoler électriquement les veines pulmonaires du reste de l’oreillette gauche pour éviter que les foyers d’arythmie soient transmis à l’oreillette et comme on isole les veines pulmonaires, les foyers d’arythmie ne se transmettent plus à l’oreillette et on élimine les épisodes de fibrillation auriculaire.

Le taux de succès est le même si on compare la technique de cryoablation avec le froid versus la technique de radiofréquence avec le chaud.

Le taux de complications est inférieur à 3 % et équivalent entre les deux technologies de cryoablation et de radiofréquence.

Le risque de complications majeures est de 3 %, il inclut le risque de saignement lors des accès au niveau fémoral, et au niveau cardiaque.

Lors du passage d’un cathéter dans l’enveloppe du cœur, il peut aussi avoir du sang qui s’accumule dans l’enveloppe du cœur.

Ce risque est de 1 %.

Avec cette procédure, le risque d’AVC est plus petit que 1 % donc faible.

Si vous avez de la fibrillation auriculaire, que vous êtes symptomatique de votre arythmie, parlez à votre cardiologue car il pourra vous référer à la clinique de fibrillation auriculaire et nous pourrions envisager une ablation si vous êtes candidat pour cette procédure.




You Might Like

Environmentally friendly: One News Page is hosted on servers powered solely by renewable energy
© 2019 One News Page Ltd. All Rights Reserved.
About us  |  Contact us  |  Disclaimer  |  Press Room  |  Terms & Conditions  |  Content Accreditation
 RSS  |  News for my Website  |  Free news search widget  |  In the News  |  DMCA / Content Removal  |  Privacy & Data Protection Policy
How are we doing? FeedbackSend us your feedback  |   LIKE us on Facebook   FOLLOW us on Twitter  •  FOLLOW us on Pinterest
One News® is a registered trademark of One News Page Ltd.